copyright © isabelle bourzat. All Rights Reserved

J'ai travaillé comme directrice de la photographie, essentiellement en documentaire, pendant une vingtaine d’années. En parallèle, j'ai depuis toujours pratiqué la photographie avec une prédilection pour les séries. Une photo par jour (ou presque !) depuis 2003 ou encore la chambre et la vue de l'hôtel où je suis amenée à séjourner… Et j'ai aussi et surtout une approche plus abstraite où je travaille matière et texture. Je vois se dessiner dans un morceau oublié de bois, de métal, de mur... un début d'histoire, un paysage, une émotion…

 

J'ai poussé plus encore cette exploration sur la matière et la couleur, la lumière et le mouvement, en réalisant de très courts métrages expérimentaux.

 

J'ai également  commencé un travail de sculpture, construisant ma tribu de "Presk", personnages issus d'assemblages de bois, de galets et de coquillages. Retour à la matière... première !

 

Et je suis tombée en peinture… Enfin plonger au cœur même de la matière brute et libérer l’émotion, la sensation, bousculer l'intime, réveiller les vertiges.

For the last 20 years, I’ve been working as a Director of Photography mostly for documentaries. In parallel, I’ve always been a photographer too, with a predilection for series and recurrent themes. For instance, I’ve taken a daily photo since 2003, and I also take a photo of every hotel room and its view I stay in. But mostly, I take abstract pictures which is a work on mater/texture. I take photos in “forgotten places” where fragments of wood, metal, walls (…) can reveal a story, a landscape, a feeling…

 

I’ve been making my own short experimental movies where I explore in depth my favorite themes such as movement, light, color, mater/texture.

 

I’ve also started to sculpt, building “Presks” (“almost characters”) using small stones, pieces of wood, shells and assembling all materials with metal.

 

So I dived in painting… To finally find my whole self at the heart of elements, where emotions and sensations break free, where intimacy is challenged, where vertigo arises.